1

est un mot seul

Raluca Maria Hanea, babil

chat photographie Aït Benalla

j'aime cette saison des possibles

où je rêve de ce que je sème

des feuilles tendres à la volée

les corps idem

qui se déplient au soleil

Amandine Marembert,

Je fleuris la terre ma robe

d%C3%83%C2%A9grade_metallique_argent_cop
Un drame permanent se joue sur nos fronts dans l'horizon des nuages
sans cesse
source d'un mystère qui nous tient debout.
                                                                                     Cordesse, Sur mes épaules
Calvet 44 grenouilles
Rat(s) gravure Granier
1. La mort réveille à la réalité du jour
et la réalité n'est qu'un chapeau rebelle
sur le seuil imaginaire de l'inattendu.
Nous le portons et l'arrachons
avec cette lame tridimensionnelle.
                         Rodica Draghincescu, Ra(ts)

au lointain

ta disparition ensoleille

les bribes écorchées

d'une phrase perdue

Stephan Causse,

à deux pas dans le silence

Hellébore Hurel Calvet
on s'aime dans les fleurs
on fait le lit urgent
pour ne pas s'oublier
on fait un livre
                   Raluca Maria Hanea, babil
Sans titre.png

Au bord de la carte pend

une catastrophe

Irène Gayraud,

à distance de souffle, l'air

bille_edited_edited.png
Monotype Guilbaud

depuis hier je le sais

je suis en route vers l'au-delà de moi

Luce Guilbaud, Renouées

Notes d'esprit.png