Ra(ts) - Recension de Michel Bénard